Pour qui suit les créations d’Exsud, il y a de quoi être encore ébloui en découvrant le nouveau restaurant San. Pour qui suit le travail remarquable du chef doublement étoilé Sang-Hoon Degeimbre, il y a de quoi être comblé par un tel écrin cathédrale dédié aux joyaux culinaires simples, mais d’une noblesse qui doit tout à une naturalité retrouvée. En effet, on se sent au diapason dans un ailleurs où la nature a repris ses droits en cet open space au service du bien manger. Les matériaux, bien sûr, sont essentiels. La pierre vive, la brique, le métal, le bois massif et les étoffes chantent leurs textures et leurs couleurs chaudes et profondes. Comme un chœur qui résonne sous le haut plafond parcouru par un immense chemin de feuilles noires en métal martelé. La lumière tombe de là-haut, se déverse des puits ou s’écoule le long des lianes électriques qui se finissent en stalactites de terre cuite autour d’un spot éclatant. Les tables aux pieds de fer forgé en arbre stylisé et les consoles s’entourent de tabourets en bois et de chaises en métal aux jambes légères à l’assise tambourin de toile écrue tendue. Bien confortablement assis dans cet immense espace de partage vrai et moderne à la fois, on peut savourer à son gré le temps qui passe autour de mets dressés dans de simples bols de grès, « Une escapade à portée de cuillère » comme dit le chef Sang-Hoon. À une portée de voix, l’atelier des cuisiniers s’ouvre largement et révèle ses secrets qui exhalent dans la salle des parfums enchanteurs. Tout près, l’escalier s’envole en tournant vers une mezzanine qui embrasse tout l’espace et offre son intimité aux visiteurs discrets. Quelle chance !


Inscrivez-vous à notre newsletter